En juin 1993, lors de l’inauguration de la première ligne automatique du métro toulousain, on prévoyait à terme une fréquentation de 130 000 voyageurs par jour. Dès la mise en service, l’objectif fut atteint. Aujourd’hui, la ligne est saturée, avec 230 000 voyageurs par jour, obligeant de nombreux usagers à laisser passer des rames bondées, aux heures de pointe avant de pouvoir prendre place à bor...

La lecture de cet article est réservée aux abonnés.

Merci de votre compréhension.

ABONNEZ-VOUS !

Ou connectez-vous ci-dessous si vous êtes déjà abonné.