C’est avec une grande tristesse que nous avons appris au mois de novembre dernier le décès de Jacques Nardin à l’âge de 83 ans.

Il est né à Abidjan en 1937 et a vécu en Algérie de 1954 à 1956, son père participant alors à la construction d’une usine hydroélectrique et d’un barrage en petite Kabylie.

Appelé du contingent, il se porte volontaire en 1959 pour une affectation à la SAS d’Aziz, un village situé au nord d’Alger où il remplit de nombreuses missions comme la création de pistes permettant d’améliorer l’approvisionnement en eau du village, l’assistance médicale aux villageois et l’aide aux plus démunis en leur fournissant de la nourriture et de l’habillement.

De retour en France en 1961, diplômé de l’Institut national géographique, il intervient comme géomètre sur plusieurs chantiers avant de repartir en Mauritanie comme cadre dans une mine de cuivre.

Il travaille ensuite chez Bouygues, avant de rentrer en 1988 chez Chantiers Modernes où il exerce la fonction de directeur commercial.

Membre actif de l’AFTES, l’Association Française des Tunnels et de l’Espace Souterrain, il est délégué régional Sud-Est de 2002 à 2006 et participe à l’organisation de plusieurs congrès internationaux de l’Association.

Sa retraite est marquée par son engagement dans le monde associatif : Secrétaire général de l’Union Nationale des Combattants, Secrétaire de la F.A.R.A.C, Président de l’Association Auvergne Rhône-Alpes des anciens des SAS.

Il est titulaire de La Croix de la Valeur militaire et Chevalier de la Légion d’honneur.

Ses qualités humaines, son engagement au service des autres, sa droiture et sa discrétion ont marqué tous ceux qui l’ont connu.

La société Spécifique et toute l’équipe du magazine d’Entreprendre en Souterrain s’associent pour présenter à sa compagne, ses filles et petites-filles, ses plus sincères condoléances.

Jean-Luc Parendel